enseignement

  • Nous avons tant à apprendre des animaux !

     

     

       Il y a deux ans de cela, je vous avais parlé de mon expérience avec les insectes dans une vidéo, ma première vidéo je crois bien ... J'y expliquais comment j'ai dépassé ma peur des araignées et comment je suis arrivée à ne plus être dérangée par les insectes chez moi. J'ai parlé de cela il y a deux ans mais l'expérience a démarré il y a une dizaine d'années et était déjà bien installée.

     

       Et l'été dernier revirement de situation !

     

       J'habite dans un village au milieu de la nature et j'ai la chance d'avoir une magnifique terrasse sur laquelle je passe beaucoup de temps parce que je m'y occupe de mes plantes, j'y prends tous mes repas, j'y prends beaucoup de plaisir à observer les oiseaux, les insectes en tous genres, toute cette vie qui grouille autour de nous et qu'il est bon de prendre la peine d'observer tant elle est enrichissante ... j'y médite donc ! 

       Chaque insecte, chaque oiseau, chaque animal possède sa propre façon d'évoluer, de se nourrir, d'interférer avec ses congénères, avec les autres races, d'Être tout simplement. Et tout cela dans la plus parfaite harmonie !

     

       Que cela fait du bien de se laisser fondre dans cette harmonie !!!

     

       Et l'été dernier j'en étais là ... jusqu'à la mi-août où des amis à moi sont venus passer quelques jours.

     

       Un de ces jours où nous étions tranquillement installés à l'extérieur à admirer une collection de jolis petits cailloux avec le petit garçon de la famille, une guêpe est venue nous tourner autour, voir ce que nous faisions, commes elles le font toujours.

       Et lui, pris d'une panique que j'ai tenté de calmer en vain est rentré en courant dans l'appartement.

       J'ai voulu rester, normalement, pour montrer l'exemple et espérant qu'il revienne, car s'il y a un insecte duquel je n'ai jamais eu peur c'est bien celui-ci (question d'éducation), mais elle s'est montrée si agressive que je me suis trouvée obligée de fuir moi aussi.

       Et à partir de ce jour, plus moyen de prendre du temps pour quoi que ce soit sur la terrasse !

       Lorsque mes amis étaient là, j'ai eu l'impression que les guêpes ne s'en prenaient qu'à moi, peut-être pour m'apprendre ce que je partage là ?!? Aussi mon ego qui faisait des siennes. (je reviendrai dessus à la fin de cet article. Une réflexion en entraîne une autre.) 

       Et par la suite et ce jusqu'à l'arrivée de l'hiver je n'ai plus pris aucun repas complet à l'extérieur, et ce n'est pas faute d'avoir essayé ! Je ne pouvais même plus m'occuper de mes plantes, ne serait-ce que les arroser, sans me faire attaquer. Je me suis d'ailleurs fait piquer un jour que j'avais insisté.

     

       Je me suis littéralement faite chasser de ma terrasse qui était devenue la leur.

     

       Alors j'ai beaucoup réfléchi, essayé de comprendre.

       Je me suis demandé si cela n'était pas une histoire de vibrations qui s'élèvent, qui permet aux animaux de reprendre leurs droits auprès des humains ?!? Il y a peut-être de ça, sûrement même, mais là j'ai bien compris que c'était la peur qui s'était installée la cause de tout.

     

       Mais comment faire pour s'en débarrasser ?!?

     

       J'ai essayé de me raisonner, d'autant qu'aucune guêpe ne m'avait jamais fait peur jusque là. J'ai bien tenté de me connecter à elles et d'agir dans l'amour, de faire comme je l'ai expliqué dans la vidéo, demander à faire en sorte que je ne me sente pas obligée de les tuer, mais rien à faire ! J'ai même demandé à Jésus que je pensais bien plaçé pour me donner la bonne réponse parce qu'à un moment je n'étais plus sûre de savoir si je devais en tuer une ou pas. Sa réponse a été l'Amour bien sûr, mais c'est difficile d'éprouver de l'Amour pour quelqu'un ou quelqu'Être à l'instant même où il t'agresse physiquemement. Une fois éloignée oui et c'était déjà une bonne chose ! Mais il n'y avait rien à faire, en leur présence ce n'était pas possible, pas suffisamment en tous les cas.

       Peur générée par le fait que je ne voulais pas en arriver à leur faire du mal, qu'elles n'entendaient pas et que je ne voyais plus de solutions, et plus sûrement encore par celui de m'être trompée publiquement dans mes affirmations, la plus insidieuse et celle sur laquelle je reviendrais plus tard.

       D'autant qu'en même temps je me suis vue empêchée de dormir par les moustiques et là également, très difficile de rester Zen lorsque tu sais que tu vas de nouveau passer une nuit à étouffer sous tes draps la fenêtre fermée, car je ne me résigne pas à tuer quelque forme de vie que ce soit consciemment*. J'essaye de ne pas leur souhaiter de mal non plus et c'est d'autant plus dur que je ressentais vraiment de l'injustice, alors que je n'ai jamais demandé à ce qu'ils ne me piquent pas mais juste à ce qu'ils ne m'empêchent pas de dormir avec leur bourdonnement insuportable !!!

     

       Eh non !  J'ai réussi en partie à vaincre mes peurs, mais pas assez ! Il restait toujours un petit quelque chose qui se déclenchait au moment du "danger".

     

       L'hiver est passé ... J'ai eu le temps de me poser et d'être bien sûre que ma réflexion était juste ... et voici de nouveau le printemps ! 

       Tout le monde est heureux de se retrouver sur cette terrasse dans une harmonie retrouvée, car à l'heure où je vous écris j'ai largement eu le temps de constater que tout était rentré dans l'ordre, d'ailleurs je suis installée dehors pour le faire et les guêpes me tournent autour et viennent voir ce que je fais sans s'attarder, paisiblement ... aucun moustique ne m'a dérangée jusqu'à présent et ce n'est pas faute d'en voir accrochés à mes murs la journée ... Je n'ai nul besoin de remettre en cause mes affirmations précédentes et j'en suis heureuse car je les avait bien éprouvées avant d'en parler !

     

       Ma conclusion ...

       ...  et c'est là qu'observer le comportement des animaux est intéressant car eux fonctionnent au ressenti, à l'Être, et nul besoin d'attendre longtemps pour constater la réaction à une action quelconque, nous aussi d'ailleurs fonctionnons de la même façon, c'est juste que nous avons pour la plupart oublié de nous prêter attention, de nous écouter.

       Nous pouvons constater à quel point la peur peut rapidement s'installer en nous et de façon insidieuse, modifier parfois radicalement notre propre comportement et de là celui de notre entourage, qui n'est qu'une réponse à ce que nous sommes, soyons-en sûrs. Constater également combien il est difficile de s'en débarasser une fois là, car bien souvent, nous croyons l'avoir vaincue et non, elle ressurgit là où nous l'attendions le moins.

     

       Je donne là un exemple de peur "toute fraîche" et vécue en conscience qui permet de comprendre le principe facilement, mais imaginez donc des peur ancestrales !

     

       - Alors comment faire pour s'en débarrasser, me demanderez-vous ?!? 

     

       Avec calme et recul, en l'identifiant tout d'abord, avec honnêteté. Puis, comme pour tout schéma que nous ayons à modifier en nous, l'accepter et ne surtout pas entamer de combat, mais plutôt faire en sorte de vous éloigner de la cause (physiquement ou mentalement, toujours avec ce recul ) le temps de reprendre des forces et du discernement, de modifier votre regard sur son objet et faire en sorte de pouvoir de nouveau le côtoyer en toute sérénité.

     

       J'entends déjà certains me dire que c'est bien simple avec des guêpes ou des moustiques mais qu'il existe des choses bien plus effrayantes ou graves dans la dure réalité de la vie, et je leur répondrais que cet exemple bien simple permet de comprendre un processus universel que vous pouvez appliquer à l'infini ... pour avoir moi-même éprouvé et dépassé bon nombre de ces peurs liées à "la dure réalité de la vie".

     

       Prenez le recul nécessaire, constatez, testez, expérimentez !!! Au moment où vous lisez ces derniers mots, vous avez déjà changé profondément, votre conscience s'est élevée et votre âme retrouve un peu de sa Joie profonde !

     

     

    Avec Amour !!!

    Emmanuelle

     

     

    *Pour être tout à fait juste, je supprime pucerons et cochenilles de mes plantes lorsque je n'ai plus d'autre choix pour les protéger mais ce n'est pas sans demander à ne plus être embêtée et en principe cela fonctionne plutôt bien ... et les végétaux dont je me nourris sont une forme de vie aussi bien sûr mais bon ... 

     

     

     

    ...

    Lire la suite