évolution

  • Choisir la Vie

     

     

       Nous sommes le dernier jour de l'été 2019, et ces trois mois qui viennent de s'écouler ont été, à la fois, les plus déstabilisant et les plus enrichissant de ma vie.


       Tout a commencé à la mi-juin, quand j’ai enfin pris le temps d'aller consulter un médecin afin qu'il me prescrive une radio des poumons.    

       J'avais craché à trois reprises du sang déjà, en avril, et je toussais de plus en plus fréquemment, et surtout, je sentais bien une gêne au niveau de mes bronches. Diagnostic quelques jours plus tard : cancer des poumons.

       Gros choc évidemment, surtout que je ne faisais que répéter à mon entourage, et par conséquent à moi-même que je serai centenaire, et donc, je faisais tout pour faire une bonne petite vieille.

       Bonne hygiène de vie, nourriture très saine, pas de tabac, mais ce depuis seulement une petite dizaine d'années, après avoir fumé pendant 30 ans. J'avais même, après avoir découvert Irène Grosjean, et acheté son livre, "La vie en abondance", mangé cru pendant les trois mois d'hiver. Je ne pensais pas suivre ce régime assez radicalement, si vite, mais cela s'était fait tout naturellement. J'ai aussi complètement arrêté l’alcool ; ma consommation était déjà très réduite. J'ai perdu du poids rapidement, même si ce n'était pas du tout ce qui avait motivé le fait de tester le crudivorisme. Ma foi, perdre les quelques kilos pris des années plus tôt, au passage de la ménopause, n'était pas si désagréable. Et surtout, cela me faisait bien rire, car, quand un jour, on m'avait parlé de ces gens crudivores, j'avais trouvé ça juste grotesque, et je prenais un malin plaisir à les imaginer se retrouver autour d'une cagette et croquer, tels des lapins, dans leurs carottes et autres radis noirs. Même si manger cru ne se fait, évidemment pas comme je viens de vous le décrire ; adhérer à quelque chose dont je m'étais franchement moqué, m'a fait rire une seconde fois ! Bon, en même temps, comme rire vaut un beefsteak !

       Je n'ai pas continué ce régime, quand j'ai repris mon travail début mars, c'était trop compliqué avec les journées de minimum 12 heures que j'effectuais. Mon travail consiste à vendre des plantes grasses sur les marchés aux fleurs de ma région languedocienne ; les fameuses succulentes tant en vogue. Un travail passionnant, somme toute épuisant, mais j'avais une telle forme physique pour mes 56 ans ; et j'avais quatre mois d'hiver pour hiberner, comme mes plantes, ais-je l'habitude de dire ; même si ce n'était pas mes plantes puisque j'allais les acheter en Catalogne.

       Donc, me voilà avec cette terrible nouvelle, à dépendre d'un milieu médical dont j'ai toujours redouté les pratiques, qui ne recherche pas les causes, mais s'arrête à la seule expression des symptômes.
       Après scanner et autre tep scan, me voilà dans le cabinet d'un pneumologue. Il m'annonce que les deux lobes des poumons sont touchés, donc pas de chirurgie envisageable. Ensuite, il me parle de chimiothérapie, comme la seule réponse à ce cancer. Quand je lui demande si on a le droit de refuser, ce dont je me doutais bien, il me répond :

    "bien sûr, mais vous n'en aurez pas pour longtemps".

       Il rajoute que la chimiothérapie ne me guérira pas. Tout ça, sans aucune empathie.

    Inutile de vous faire un dessin de l'état d'esprit dans lequel on se retrouve plongé quand on ressort d'un premier rendez-vous pareil.

       Heureusement, un ami avait insisté pour venir afin d'être à mes cotés au sortir de ce RDV. D'autres examens pour déterminer le type exact de cancer et RDV environ 15 jours plus tard avec ce même pneumologue. Cette fois ci, j'ai demandé à mon frère et sa femme de m'accompagner, et j'ai demandé s’il confirmait ce qu'il m'avait affirmé au RDV précédent, ce qu'il a réitéré, avec exactement le même ton présomptueux et dénué de la moindre once d'empathie.

       Je tenais à être accompagnée car d'une part, je me disais que l'on ne me croirait pas, et d'autre part, si ce qu'il disait s'avérait être exact, c’était important que les personnes de ma famille que je pensais être les plus réfractaires au fait de refuser une chimio, entendent ces paroles.

        Pourquoi me faire traiter puisque dans les deux cas, l'issue était la mort. En effet, je préfère ne vivre que 6 mois, en possessions de mes moyens, à me préparer à partir sereinement plutôt que d'engraisser les laboratoires pharmaceutiques et souffrir des effets secondaires d'une chimiothérapie (que je vois comme une arme de destruction massive).

       Entre temps, on m'avait parlé d'un oncologue spécialiste du cancer des poumons sur Montpellier. Un mois avait presque passé et c'était la période des congés estivaux ; donc un RDV pas avant le 13 août, pour que l'on me dise que mes scanners étant trop vieux, il fallait refaire les examens plus une IRM cérébrale. Cela nous mène jusqu'à début septembre. Enfin, des éléments plus positifs ; je n'ai rien au cerveau et je pourrais peut-être bénéficier d'un traitement immunothérapie. Une petite biopsie à réaliser dès le matin suivant, dont les résultats des analyses d'ici 15 jours, donneront le feu vert, ou pas à ce type de traitement.

       Il faut parallèlement régler un autre problème médical, dont je ne vous ai pas encore parlé: la présence du virus de l'hépatite C, avec lequel je vivais très bien depuis tant d'années. D'ailleurs, j'étais très fière des derniers résultats de la prise de sang qui avait été effectuée, dans la foulée des autres examens. Ils n'avaient jamais été aussi bons ! La présence de ce virus empêchant toute chimiothérapie, car cela aurait risqué de faire flamber cette hépatite.

       Cancer des poumons, ou cirrhose du foie, entre les deux, mon cœur balance !

       Bon, je plaisante mais à l'époque, je n'en menais pas large.

       Bref, RDV pris avec la gastroentérologue (super médecin, ainsi que l'infirmière) qui vous explique le déroulement du traitement. Depuis deux ans, un nouveau traitement sans effet secondaire et très peu contraignant est disponible. La dernière fois que j'avais consulté par rapport à cette hépatite, on me l'avait proposé mais l'avais refusé car j'estimais que cela ne devait pas être anodin comme traitement malgré tout, et mon foie étant toujours impeccable, pourquoi ne pas laisser agir mon système immunitaire, comme il l'avait toujours aussi bien fait. Je l'ai refusé surtout car la gastroentérologue n'avait eu aucun argument scientifique ou au moins médical à m'exposer face à mes réticences. Elle m'avait juste dit :

    "à votre place, je sais ce que je ferais".

       Son incompétence m'avait fait fuir, et je me disais que d'ici un an ou deux, je trouverais un médecin digne de ce nom, et que je pourrais suivre ce traitement. Au moins, la présence du virus me laissait à l'abri d'une chimiothérapie pendant au moins le temps du traitement, c'est à dire, deux mois. Car, si la chimiothérapie avait été la seule méthode curative que me proposait la médecine ; je n'étais pas bien sûre d'avoir la force de la refuser. À mon grand soulagement, quinze jours plus tard, j'ai eu la réponse positive pour démarrer le traitement d'immunothérapie.

       Entre-temps, j'ai démarré le traitement de l’hépatite C, et tout va bien !


       Voilà ! la vraie grande nouvelle, c'est que tout va bien depuis le 17 septembre, la veille de savoir si j'allais pouvoir bénéficier de l'immunothérapie. Et c'est en cela que j'ai eu envie de vous raconter mon histoire, car je pense être sur la voie de la guérison depuis ce jour, trois mois après le diagnostic du cancer, sans aucun traitement allopathique.


       Mais, pendant ces trois mois, vous imaginez bien que je ne suis pas restée à ruminer, à me dire genre, ah j'ai un cancer ! c'est ma faute, j'ai fumé si longtemps ou encore, pauvre de moi ! pourquoi moi ? moi qui faisait tout pour être en bonne santé, qui étais en bonne santé. Bref, culpabiliser ou me lamenter. Après l'abattement des premiers jours, j'ai très vite compris que ce cancer était là pour me faire réagir, me faire changer, mais sur un plan psychique et émotionnel.

       J'ai fait appel à mon amie Emmanuelle.

       La vie me l'a apportée sur un plateau il y a deux ans environ, car nous avons été voisines. Emmanuelle est une personne extraordinaire dans le vrai sens du terme. Elle a un parcours classique, mais depuis quelques années, elle a développé une vie spirituelle de plus en plus riche. Elle est en communication permanente avec les êtres de lumière et s'est unie à l'Archange Michael. Parler d'Emmanuelle est un peu compliqué pour moi, car sa vie dépasse l'entendement pour le citoyen lambda dont je fais partie. Moi je connais Emmanuelle dans la matière, celle qui vous amène des choux à la crème dignes d'un grand pâtissier, celle qui respecte toute forme de vie, celle qui vit comme une ascète, malgré qu'elle soit gourmande, celle qui fait un travail sur elle-même avec énormément de rigueur, pour servir la lumière, pour servir Dieu. Quand j'ai connu Emmanuelle, je ne savais même pas si je croyais en Dieu.

     Ce que je savais, c'est que j'avais réussi à interrompre une relation amoureuse qui ne me satisfait plus, que mon petit commerce de plantes prenait de l'ampleur raisonnablement comme je le souhaitais, mais que ma vie était quand même bien fade. Comme j'avais connu des moments moins bien, je m'en contentais.

       Un jour, je suis allée voir une conférence d'Emmanuelle où elle parle de sa vie avec les êtres de lumière. Et comment dire ? Cela m'a interpellé. Comme je la connaissais, je savais que c'était une personne équilibrée, et il m'a donc été impossible de mettre en doute le moindre de ses propos. Je savais qu'Emmanuelle ne trichait pas. Cela ouvrait des portes pour moi qui suis une personne très terre à terre, et pragmatique. Je sentais qu'il y avait comme un terrain à creuser, mais le chemin est long et difficile pour apercevoir qu'une toute petite lueur. N'étant pas dans la souffrance (ce que je pensais à l'époque), je n'ai pas vraiment pris la peine d'emprunter cette voie sérieusement.

       Nous avons déménagé presque en même temps. Emmanuelle est partie vivre en camping-car, et j'ai aménagé dans une nouvelle ville, afin de faciliter mon travail. Nous sommes restées en contact et nous nous sommes vues, je crois deux fois, avant le diagnostic du cancer.

       Avant de la prévenir de ce qu’il m'arrivait, il s'est passé quelque chose qui m'a confirmé qu'elle pourrait m'aider.

       Je venais de subir une biopsie des cellules cancéreuses et je toussais, et plus je toussais plus cela m'irritait et me donner envie de tousser. Je me suis dis, tu vas penser fort à Emmanuelle et Michaël, et là, bonne surprise, j'ai arrêté instantanément de tousser. Peu de temps après, je la mettais au courant et elle me proposait d'aller la rejoindre quelques jours. Elle se trouvait sur une petite aire de camping-cars, un ancien camping verdoyant sur les bords du lac du Bourget.

       Emmanuelle a un taux vibratoire élevé, elle rayonne de bonheur et d'amour, donc, quand vous êtes à ses côtés, vous bénéficiez de ce rayonnement.

       Le but de ma venue était bien sûr de m'aider à appréhender ce cancer, de m'aider à trouver la voix de la guérison. Les quelques jours passés en sa compagnie m'ont remontée à bloc.

       Elle m'avait fait faire une liste des avantages et des inconvénients de ce cancer. J'y trouvais plus d'avantages ! Bref j'allais guérir et je rigolais en lui disant, que moi aussi, je vivrai en camping-car, et que je raconterai ma guérison etc.…

       Elle m'a initiée à sa formation "Amour Archangélique "; de façon que je trouvais très informelle, et d'autant plus agréable; comme je l'ai déjà dit, j'étais en totale confiance. Elle m'a fait jeûner subrepticement, car elle savait que c'était quelque chose que je ne pensais pas pouvoir faire. Je n'ai pas continué pendant les deux mois qui ont suivi, car je sentais que ce n'étais pas de ce côté qu'était le problème. Je ne me suis pas gavée non plus, et ai réduit ma consommation de sucre au maximum, car c'est le carburant préféré des cellules cancéreuses.

       Le but de la formation "Amour Archangélique" d'Emmanuelle et Michaël est de ramener chacun de nous à une reconnexion avec sa propre divinité ; nous apprendre à nous "auto-traiter" à l'aide de l'Energie universelle dont nous sommes un canal, pour résumer. Je ne me souviens pas vraiment si c'est avec elle que j'ai pris conscience du côté "sonnette d'alarme" de la maladie ou si j'en avais pris conscience avant. Enfin là, ça ne faisait aucun doute. C'était une bénédiction, cela allait me permettre d'aller au fond des choses, et j'aurais une vie beaucoup plus créative et passionnante, une fois l'épreuve traversée.

       Oui mais bon, plus difficile à faire qu’à dire. Et j'ai eu de grands moments de doute, quant à ma capacité et surtout mes motivations, une fois seule. J'avais ma séance d'auto-traitement à faire tous les jours, et même, si parfois, j'avais l'impression de ne pas le faire correctement, cela m'a permis de ne pas rester passive face à la maladie.

       Je suis allée voir une naturopathe qui m'a prescrit un traitement de gemmothérapie et m'a fait connaître Guy Corneau, un québécois qui a relaté dans un livre tout ce qu'il a fait pour se guérir d'un cancer, parallèlement aux traitements classiques. Il parle de reprogrammation des cellules. (Je n'avais même pas compris que c'était ce à quoi nous travaillions déjà). Et oui, Je me suis dit, c'est intelligent, j'y crois, mais ce n’est pas simple d'après ce qu'il dit, et en même temps, c'est un peu normal, ce n’est pas rien ! Il faut beaucoup méditer, rentrer en soi etc.

       Depuis que ma respiration est altérée, je n'ai pas essayé de méditer car la méditation, que je pratiquais un peu, se repose sur la respiration, pas de bol. Mais surtout, c'est bien beau de reprogrammer ses cellules mais pour ça, il faut avoir quelque chose à leur proposer, je me disais, à ces putains de cellules ! (Je n'avais pas compris non plus, que les cellules, une fois qu'elles retrouvent une bonne énergie se tournent naturellement vers la vie.

       Bref, j'en étais à peu près là disons début août. Et durant tout le mois, j'étais comme entre deux eaux, je vivotais en attendant les prochains RDV médicaux, et il y en a eu beaucoup, toujours accompagnée, drivée même par mon amie Sylvie, qui a été d'un grand soutien. Le 27 août, alors que je revenais du pays basque en blablacar, j'ai invité une personne à venir passer quelques jours chez moi, si elle le désirait, avant de rentrer chez elle à Liège, (elle avait émis l'idée ne pas rentrer de suite, qu'elle avait quelques jours...), j'ai senti rapidement que c'était une personne, pas comme Emmanuelle, mais un petit "électron libre", comme on n’en rencontre pas à tous les coins de rue. Ces deux jours en sa compagnie m'ont reboostée. On a ri, c'était joyeux, elle m'a fait un bien fou. Elle m'a aussi fait un soin chamanique. Elle m'a parlé de son toubib, par qui elle se fait soigner par téléphone, et m'a incitée à l'appeler, ce que j'ai fait.

       Ce monsieur voit votre aura. Il fait un bilan, à savoir si vous manquez de vitamines, d'oligo-éléments ou d'acide aminé. C'est évidemment gratuit, et c'est une médecine douce, comme je l’aime ; il voit bien sûr d'autres choses d'ordre psychique, et m'a parlé d'une rupture amoureuse, ce qui m'a parlé évidemment , j'ai eu ma petite ordonnance avec un granule d'homéopathie et un acide aminé, et avec les recommandations de m'aimer! Le genre de consultation que j'adore, et de mon canapé !

       Elle n’est pas belle la vie !

       J'ai repris confiance, et surtout goût en la vie, grâce à Marie Noël, (qui a d'ailleurs détecté, de sa Belgique, que j'étais heureuse après la fameuse date du 17 septembre). Cela tombait bien car c'était juste avant la batterie d'examens prévus depuis le 13 août, pour la fin du mois ; j'étais bien remontée pour les affronter.

       Quelques jours après, je retrouvais Emmanuelle qui passait dans la région et avons passé une soirée ensemble. Évidemment, cela m'a fait du bien. Je lui ai dit que j'avais du mal à sentir l'énergie, que je ne savais pas m'adresser aux anges, en gros j'avais l'impression d'être une mauvaise élève. Elle m'a rassuré et m'a dit que cela serait bien de me répéter les 11 phrases qui accompagnent les impositions des mains, et de ne "faire les mains" seulement aux alentours de la pleine lune. J'ai décidé de me faire un grand panneau que j'ai affiché en face de mon lit, et du coup, je me les répète avant de m'endormir, et au réveil, et quand sur le matin, je me réveille mais qu'il est encore un peu tôt pour se lever, juste avant de me rendormir, je me récite la 1ere, (en général, cela suffisait à me rendormir, car je n'ai jamais eu aucun problème de sommeil), qui est: Je suis en paix à l'intérieur de moi-même, ici, Je sais, ici, je suis.

       J'avais aussi parlé à Emmanuelle d'une copine qui avait une amie qui pouvait reprogrammer le cerveau, à distance. Emmanuelle m'a répondu que c'était à cela qu'ils travaillaient avec Michaël. Je pense que ces phrases que je me suis répété ont bien contribué à cette reprogrammation ou régénération des cellules.

       Il y a eu un épisode qui me revient et qui avait contribué à mon manque de motivation. Le 13 août, je me souviens de la date, car c'était au retour de mon premier RDV à Montpellier avec l'oncologue.  Au moment de me mettre au lit, malgré la fatigue, j'ai ressenti l'envie de faire une séance d'auto-traitement, qui était en fait la vingt et unième séance, donc la dernière d'un cycle, que je ne pensais pas pouvoir finir en raison de la journée passée à Montpellier. Mais, elle s'est imposée à moi, et cela a été la plus profonde de toutes.

       Vers le milieu de la séance, quand j'avais mes mains au niveau du plexus solaire ou du nombril, je ne me souvenais pas exactement, car j'ai continué la séance, une image très belle m'est venu, comme plein de petits carrés d'un blanc très lumineux qui s'envolaient dans un mouvement gracieux. J'ai ressenti un soulagement sur le moment et après la séance, j'étais clairement rechargée en énergie positive ; j'avais même ressenti l'énergie circuler au niveau des pieds, et j'avais interprété ça comme les mauvaises énergies de l'hôpital qui me quittaient.

       Une bonne nuit comme toujours, et au réveil, me revoilà dans les interprétations hasardeuses, mais celles-ci ont eu des conséquences néfastes. Je me suis dis que la lumière et le soulagement, c'était tout simplement ma mort ! Fausse interprétation, comme me l'a dit Emmanuelle quelques semaines plus tard. Personne n'entrevoit sa mort ; par contre, depuis les quelques jours passés avec Emmanuelle en juillet, je suis sous la protection des êtres de lumière, il n'est donc pas surprenant d'apercevoir cette lumière. Que cette "vision" s'opère le 21ème jour a encore renforcé, à mes yeux, le bien-fondé de cette pratique.

       Nous sommes début septembre, et le temps est venu de me poser chez moi. Emmanuelle me l'a conseillé, et je me sens bien chez moi ; je ne crains plus la solitude comme au début. J'ai accepté cette nouvelle donne. Je ne me réveille plus le matin en me disant : "ah merde ! c'est vrai, j'ai un cancer, quelle horreur."

       J'ai mon 1er Rdv avec une psy, pris fin juillet, ça soulage, y a pas de doute! Marie Noël m'avait parlé de la biodanza. Des exercices utilisant la danse et la musique stimulant la joie de vivre ! J'ai eu un bon contact par téléphone avec une personne, qui est appelée facilitatrice, pour pratiquer une fois par semaine, à partir du 23 septembre sur Béziers. Il fait encore très beau, mais les chaleurs ne sont plus caniculaires ; je prends ma voiture et vais me balader aux alentours de Béziers. Je sens que je reprends en énergie. Je ne vais pas travailler à mon jardin, alors qu'il en aurait bien besoin. Je veux m'accorder du plaisir ! Je vais chez la coiffeuse ! L'énergie revient peu à peu. Je décide de refaire un marché pour liquider le stock de plantes, puis un 2ème.

       Et nous voilà à la date cruciale du 17 septembre. J'ai rdv chez la psy le matin à 11h. Je ressors de chez elle en me sentant légère. Il fait beau, très beau même. J'ai prévu de retrouver une copine pour déjeuner avec elle pendant sa coupure. J'ai amené ma salade car je suis au régime. Nous allons ensuite boire un thé dans une des petites rues ombragées de Narbonne où nous nous séparons. Elle retourne à son travail. Je reste à cet endroit et je savoure ce moment. Il fait bon, je n'ai pas à aller travailler ; je me sens vraiment bien. Je repars après un petit moment, et vais faire un tour à la cathédrale saint Just, qui est à deux pas. Je passe dire bonjour à une autre copine, à son magasin. Comme je savais que cette après midi allait être très chaude, j'avais pris mes affaires de piscine. Me voici donc à " l'espace liberté " de Narbonne dans le bassin extérieur de 50m.

       C'est dans ce bassin que j'ai senti, que j'ai été convaincue que j'allais guérir. J'ai nagé sur le dos, et c'était comme si ma respiration était redevenue comme avant. Tout à coup, je ne me sentais plus malade ! Sensation extraordinaire ! J'ai fait quelques longueurs, me suis arrêtée un peu, et j'ai pris un fou rire, en voyant quelqu'un avec une espèce de tuba très particulier. Je ne me moquais pas, mais ce rire qui me montait, (vous pensez bien que je ne l'ai pas retenu) était l'expression de cette joie que je ressentais très fort en moi. Je suis sortie du bassin pour profiter du soleil et admirer de jeunes nageuses à l'entraînement. Depuis ce jour, j'ai su que j'étais sur la voie de la guérison. (Pour être honnête, pour moi, j'étais guérie, mais ai préféré après coup, parler de la voie de la guérison). Mes cellules avaient retrouvé la raison, et reprenaient le chemin de la vie !

       Quelques jours plus tard, j'ai eu la très belle surprise, en me levant, de réaliser que j'avais récupéré en capacité respiratoire. J'ai eu quelques séances de crachats sanguinolents dans les jours qui ont suivi. Je sentais bien que c'était le mal qui sortait. Après ces 2 ou 3 épisodes de crachats, fini la toux et la voix altérée. Quelques jours après, plus de gêne du tout au niveau des bronches C'était autant de signes qui confirmaient mon ressenti du 17 septembre. On n’était pas loin du miracle !

       29 décembre Je reprends mon récit. (Je sais pourquoi je n'ai pas écrit pendant toutes ces semaines, parce que je n'étais pas en encore avec moi-même.)

       Donc je reprends à la date du 18 septembre. Me voilà donc à Montpellier, seule, car je n'ai plus besoin du soutien de mon amie, puisque depuis 15 jour, je vais vraiment mieux et que depuis la veille, je pète le feu. Je suis contente d'apprendre que je vais pouvoir bénéficier de ce nouveau traitement d'immunothérapie, pratiquement sans effet secondaire.

    J'ai "signé" pour deux séances le 4 et le 25 octobre, avec scanner le 6 novembre. J'ai pu prévenir mes proches qu'avec ce traitement et l'énergie que je sentais en moi, le cancer n'en avait plus pour très longtemps. Quand ce type de maladie vous touche, et que comme moi, vous ne vous en remettez pas entièrement au corps médical, mais que vous pratiquez des méthodes holistiques, une difficulté supplémentaire s'ajoute au reste ; ne pas se laisser affecter par le doute de vos proches au meilleur des cas, quand ce n'est pas de la désapprobation pure et simple. Je n'ai pas eu le courage à ce moment là de refuser le "traite ment", car le sentiment de guérison était vraiment tout récent et je ne me voyais pas faire comprendre à mes proches que je sentais que je n'en avais peut-être pas besoin. Je n'étais pas sûre de moi, pourtant je me sentais "gai rit".

       Revenons au déroulement du "protocole". Comme vous allez bénéficier d'un traitement, vous voyez pour la 1ère fois un infirmier ou infirmière qui vous pose certaines questions d'ordre plus général, sur votre état psychologique, et matériel. J'ai dit que tout allait bien pour moi, ce qui était vrai depuis la veille, en pensant, ( mon pauvre ami, heureusement que je n'ai pas attendu passivement votre proposition d'aide...). Plus concrètement, on essaie de vous "vendre" une chambre implantable ou port à cath. Mon but n'est pas de faire le procès du système de santé, mais là, je n'ai pas pu m'empêcher de penser que la raison pour laquelle on vous incite à cette petite intervention n'était pas sans rapport avec un intérêt financier. Sous prétexte d'une intraveineuses toutes les 3 semaines, on vous installe un genre de petit boitier sous la peau, pour votre confort ! J'ai évidemment refusé en disant qu'il serait temps de voir par la suite si cela s'avérait nécessaire. Il n'en a été nullement le cas. J'ai échappé à un truc inutile, mais qui m'aurait bien rappelé, 24h/24h, que je suivais un traitement.

       Au cours de ma deuxième injection, une patiente a vu que je n'avais pas cette chambre, lui disant que j'avais refusé cette implantation, elle m'a dit qu'elle même avait montré des réticences mais qu'il sl'avait fait culpabiliser. J'ai remarqué, surtout quand je suis allée à l'hôpital de jour, pour recevoir ma dose de pembrolizumab, que tout est orienté de façon à vous déresponsabiliser. La fois où j'ai demandé à l'infirmière qui allait me mettre la perfusion, quelle était la quantité de produit que j'allais recevoir, elle a eu un mouvement de stupéfaction et sur un ton vif, m'a demandé pourquoi je posais cette question et qui me le demandait. Je lui ai répondu que c'était juste pour savoir et manière de converser... je n'irai pas plus loin sur ce sujet. Il y aurait trop à dire. Ce n'est pas mon propos ici.

       Retour à Montpellier pour la 1ère séance d'immunothérapie.

       Tout m'exaspère, je ne me sens vraiment pas à ma place, mais je fais abstraction. De retour chez moi (tous les trajets à Montpellier ont été effectués avec mon véhicule personnel, ou celui de mon amie, cet été), je ressens comme une angoisse, alors je pense très fort à mon amie d'enfance pour me réconforter et je reçois un texto disant qu'elle avait pensait fortement à moi, puisqu'elle était au courant bien sûr de cette 1ère séance.

       Le jour suivant, j'avais prévu d'aller visiter mes parents qui sont âgés, à 300 km. Jai ressenti énormément de fatigue pendant le week-end. Je suis rentrée 3 jours plus tard, et là, j'ai passé une semaine au bord de la dépression. Envie de rien.
    Et puis, c’est revenu comme par enchantement un vendredi, en étant à mon jardin.
    Pendant cette période, j'ai évidemment envisagé de stopper le traitement.
    Après avoir retrouvé mon énergie le 11 octobre, une semaine après la 1rre injection, j'étais de nouveau au top de ma forme, et j'avais décidé que la 2ème dose ne m'occasionnerait pas d'effets secondaires.

       2ème séance le 25 octobre, aucun effet secondaire à la suite. Je viens de relire un message envoyé à Emmanuelle à la sortie de cette séance, qui disait " je me sens libre et heureuse ", et oui, parce que pour moi, c'était la dernière. Le prochain scanner allait forcément confirmer mon ressenti de guérison. Donc déception quand même le 6 novembre, car même si il y a une nette régression de toutes les cellules, au bout de seulement 2 séances (quand j'ai demandé au début, combien de temps pouvait durer ces traitements, on m'a répondu en années).

       Déçue de la réaction de l'oncologue, qui ne se pose aucune question sur un résultat si positif, en si peu de temps.

       Je me sentais miraculée, puisque guérie avant même toute intervention allopathique, et tout à coup, on voulait me faire croire que grâce à 2 intraveineuses à un prix exorbitant, mon état de santé s'était amélioré. Je suis restée très peu de temps dans le cabinet, et ai juste demandé que l'on recule l'échéance de la prochaine séance d'immunothérapie, pour pouvoir avoir le temps de profiter de mon séjour en Bretagne, prévu depuis un moment.

       Nous avons pu faire le trajet pour la Bretagne ensemble avec Emmanuelle, en camping-car, car elle devait s'y rendre aussi. Ce fût, bien sûr un trajet très agréable. J'ai entamé un jeûne sec de 3 jours, avec elle et l'ai terminé chez mes amis. S’il y avait encore des "trucs" indésirables dans mes poumons, un jeûne pouvait aider à l'élimination de ces trucs que je considère comme des déchets. Difficile de savoir quelle aura été l'efficacité de ce jeûne. Contente de l'avoir fait, sans vraiment de difficulté.

       Retour à la maison pour retourner à l'hôpital de jour pour la 3ème séance d'immunothérapie le 19 novembre.

       Me sentant toujours guérie, pendant une période, je n'ai plus trop fait mon auto traitement, je pensais que comme je faisais le traitement médicamenteux, je n'avais peut-être pas besoin de "de jouer sur les deux tableaux", sauf que quelques jours plus tard, j'ai commencé à retousser un peu et ressentir une petite gêne au niveau respiratoire.

       Le 2 décembre, je recevais un message d'Emmanuelle me demandant de faire un auto traitement le soir même et aussi le lendemain. Je lui ai répondu que je le reprendrais avec grand plaisir parce que je l'avais mis de côté. Le 15 décembre, de nouveau, je retrouvais ma respiration intacte.

       Un jour, pendant le trajet en Bretagne, j'avais dit à Emmanuelle que mon état ne pouvait plus se dégrader, et elle m'avait objecté que si.

       Ne serait-ce pas une des leçons à tirer de cet épisode ?

       Rien n'est jamais acquis. Ne pas se relâcher.

       "Il n'y a pas de place pour la paresse dans le royaume de Dieu" dixit Emmanuelle.

       15 juillet 2020, il y a juste une année, je recevais la formation archangélique pendant les trois jours passés avec Emmanuelle (qui est devenue Mahaliah entre-temps).

       Je me sens très bien aujourd’hui physiquement ; aucun symptôme de la maladie. Je n’ai pas mis les pieds dans un hôpital depuis le 14 janvier 2020, date du dernier scanner où j’ai annoncé à l’oncologue que je stoppais le traitement et où à ce jour, il y avait encore des traces de la maladie. Je ne ressens aucunement le besoin d’aller passer un autre scanner de contrôle, mon ressenti me suffit.

       Après avoir vécu une expérience si extraordinaire, J’ai tout simplement envie de mener une vie extraordinaire qui serait pour moi de mettre cette expérience au service de l’humanité.

       Je ne sais pas bien comment je vais m’y prendre mais cette mission est celle que mon âme a choisi d’après Michaël, et j’ai bien l’intention de relever ce nouveau défi avec l’aide de mon archange préférée (en même temps je n’en connais qu’une) dans un premier temps.

       Je n’ai jamais vraiment su ce que je voulais dans la vie mais j’ai toujours su que je vivrais longtemps, donc le coup du cancer dont on ne guérit pas, ça ne collait pas vraiment !!! C’était juste une épreuve pour me faire grandir, nous faire grandir !!!

     

    Anna

     

  • Butiner la Lumière

    Une toile personnalisée

    Lire la suite

  • Liberté

       En ces temps si particuliers où nous nous retrouvons par la force des choses face à nous-mêmes et plongés dans la réalité de notre quotidien, notre création, des moments plus ou moins faciles selon que l’on subisse cette dernière ou qu’on l’aime réellement, certains ne savent plus comment s’échapper alors que les autres jouissent enfin pleinement de leur vie.

       Il me remonte à l’esprit le premier grand choix de ma vie d’adulte.

       Je vivais à ce moment-là une relation d’amour passionnelle, mon premier grand amour, peut-être le plus grand de ma vie … mais passionnelle, ce n’est pas linéaire, c’est rempli de bonheur certes, mais aussi de douleurs, pour un Être comme moi en tous les cas, hypersensible.

       Trop de douleurs qui m’ont mise, peut-être à l’instar de ce que génère ce Covid-19 avec beaucoup, en face de moi et de ce que je créais à chaque instant, de ce que j’acceptais sous prétexte d’Amour et qui me blessait profondément.

       Alors je me souviens m’être posée et demandé ce qui m’apportait, au point où j’en étais, le plus de bonheur dans cette relation ?

       Était-ce la joie de partager la vie de cet homme que j’aimais, et qui m’aimais sans nul doute, ou tout ce qui se greffait autour … les amis, les sorties, les projets en commun, une certaine sécurité matérielle ...

       Qu’est-ce qui me manquerait le plus si je devais le quitter, la relation tumultueuse et tous les désordres intérieurs qu’elle créait ou les « à-côtés » ? ?? Honnêtement ?!?

       Ma réponse a été « Tout ce qui se greffait autour ».

       Alors j’ai décidé de le quitter, malgré le déchirement et les mois de souffrance à venir. Je l’ai fait par respect de moi, et de lui également, car comment prétendre aimer et respecter l’autre si l’on ne le côtoie pas uniquement pour lui, si l'on ne pourrait pas envisager de rester avec sur une île déserte sans aucun artifice autour ?!?

       Et ce choix là m’a montré la voie, la mienne en tous les cas, mais je crois celle du vrai Amour, car des chemins j’en ai pris, de multiples, avant de trouver l’Unique, mais toujours je me suis posé cette question, quitte à me retrouver dans de grandes difficultés matérielles …

       « Pourquoi es-tu là, est-ce par amour de l’Être ou par souci de sécurité ?!? »

       Et toujours j’ai choisi l’Amour plutôt que la sécurité matérielle illusoire.

       La Liberté a un coût très élevé parfois, comme chaque chose précieuse en ce monde.

       Une chose est sûre, je ne laisse aucun regret derrière moi.

     

       Et là, il semble  bien que l’Univers vous mette au pied du mur …

       Est-ce que vous choisiriez cette vie aujourd’hui si l’on vous proposait le bonheur et la Paix intérieure ?!?

       Non !!!

       Alors quittez-là et créez ce qui vous rendra heureux, nous vous abreuverons de Force et de Courage !

       L'Univers a besoin d'Êtres heureux pour grandir, pas de personnes qui composent avec leurs peurs.

     

     

     

  • Message du conseil des Archanges

     

       Amis terriens,

     

       Vous êtes trop nombreux encore à vous enfermer dans la peur, l'inquiétude et nous le comprenons, vous ne savez plus vers quel côté vous tourner, vous vous sentez perdre le contrôle de votre situation.

       Sommes-nous réellement en danger ? Nous nous faisons manipuler mais finalement par qui ? Est-ce que la peur est justifiée ou créée de toutes pièces ? Que nous réserve l'avenir ? Quels changements ces événements sans précédent vont-ils engendrer dans la durée ? ... 

       Tout autant de questions sans véritable importance en Vérité. Elles vous reflètent cette incapacité toujours très présente à vivre dans l'instant, à accepter tout ce qui est comme parfait, à lâcher ce contrôle que NOUS ne vous laisserons plus.

       C'est une nouvelle opportunité que la Vie vous offre encore, vous pouvez encore et toujours choisir entre l'Ombre et la Lumière. Vers laquelle allez-vous tourner votre regard ? En Vérité votre avenir sera ce que vous saurez en faire aujourd'hui.  Batailles incessantes ou véritable Paix ?!?

       Rien n'est jamais acquis vous savez ?!?

       Vous aurez encore souvent l'occcasion de faire ce choix, ne l'oubliez pas. Ne vous laissez pas emporter par la tourmente. Sachez installer la Paix dans vos coeurs quoiqu'il advienne et vous n'aurez plus jamais lieu d'entendre parler de guerre à l'extérieur.

       Sachez reconnaître et remercier vos Maîtres où qu'ils se trouvent, quel qu'ils soient et vous deviendrez enfin vos propres Maîtres.

       Regardez-vous réagir, reprenez votre souffle, le temps vous est donné pour ça, et agissez pour le meilleur. 

       Laissez derrière les éternelles rancoeurs, il n'y a pas d'autre coupable que vous-même alors pardonnez-vous enfin et avancez tous ensemble, nous sommes à vos côtés pour cela.

       Le Nouveau Monde est constitué d'Êtres comme vous, généreux, opiniâtres, persévérants, impliqués, dévoués, d'Êtres qui ont choisi de  mettre toutes ces qualités au service de la Lumière.

       Vous vous battez pour un vaccin ?!? Nous ne connaissons qu'un antidote à cette épidémie bien réelle quelque soit son origine, il s'appelle AMOUR. 

       Quand l'aurez-vous enfin compris ?

       Une clé essentielle est entre les mains de ceux d'entre vous qui savent mais qui derrière des discours et des messages de Paix continuent inconsciemment de répandre des propos générés par la peur et la colère. Regardez-vous agir et changez de cap, vous nous empêchez ainsi d'amener une grande partie des vôtres à la Lumière.

       C'est un effort énorme qui vous est imposé aujourd'hui, nous le savons, mais vous nous demandez à travailler pour la lumière. C'est une grande responsabilité que vous demandez là, elle ne vous met pas à l'abri des marées, bien au contraire.

       Lumière dans le langage de Dieu parle d'illumination, d'Amour de l'Ombre, dans le langage humain ce sont les feux des projecteurs. Quelle est réellement votre demande ?

     

    Que la Paix puisse pénétrer vos coeurs, la Lumière éveiller vos consciences endormies.

  • Questionnements

    Aujourd’hui lundi est un jour de silence et de jeûne pour moi, c’est ainsi depuis plusieurs mois.

    Le jeûne me permet de me purifier, de me guérir, mais aussi de mieux apprécier la nourriture terrestre les jours suivants, de les respecter, elle et mon corps … entre autres …

    Le silence me permet d’aller toujours plus profondément à la rencontre de moi-même, de toujours plus limiter la parole à l’essentiel, de respecter la parole, la mienne et celle de mon prochain, de savoir ce qu’est un vrai échange avec l’autre  … entre autres …

    Hormis les jours ou moments de « travail » ou plus justement de « transmission de Lumière » que je pratique avec Dieu et les Archanges, les Anges et Maîtres ascensionnés pour permettre à l’humanité de s’éveiller, de s’élever, d’ascensionner, je reste seule physiquement et œuvre sur moi-même, avec l’aide précieuse de la Nature. Vivre ainsi me permet de connaître et d’aimer toujours plus mon prochain, de le respecter quoiqu’il arrive.

    A l’image des événements extérieurs, je suis dans une période de transition, la plus importante de ma vie où je suis placée face à des choix à faire, dans une conscience de ce qui Est extrême, même si elle n’est pas totale encore. Et depuis quelques heures c’est aussi un peu le chaos à l’intérieur de moi.

    Des questionnements multiples …

    Rien ne m’inquiète, je regarde les événements de plus haut, suis-je normale ?!?

    Est-ce que cet état d’être relève du détachement, de la sérénité auxquels j’ai réussi à accéder ou est-ce juste de l’inconscience et un sens des responsabilités inexistant ?!?

    La maladie, sur moi et sur les autres ne m’inquiète pas car je sais pouvoir la transcender et suis consciente de le faire au quotidien de par mon état d’être, mais quelle attitude à adopter face aux personnes qui n’ont pas cette capacité ?!?

    J’ai l’habitude de respecter les règles de la société dans laquelle je vis, lorsque je la côtoie pour être juste, car dans mon quotidien je respecte les miennes, celles qui me sont dictées par l’Amour, est-ce que je dois changer quelque chose à ma vie sous prétexte d’un virus inopiné voulu à différents niveaux de conscience et souhaitable pour le meilleur de l’humanité ?!? Ceci dit ces règles se ressemblent plus que jamais grâce à Dieu, je suis juste dans une linéarité que la majorité des Êtres humains ne connaissent pas encore.

    Je n’aime pas déranger mais est-ce qu’il ne faut pas déranger pour faire bouger les choses ?!?

    J’ai vécu la distance imposée avec des personnes et cela a été un choc que je pourrais qualifier de terrible pour moi sans trop exagérer, je suis plus habituée à des rencontres d’Amour avec les autres où la peur n’a pas sa place, mais est-ce que ce n’est pas le moyen justement de réapprendre les vraies relations avec l’autre ?!? Pour beaucoup d’entre nous, cette distance est permanente et totalement inconsciente, générée par un usage inconsidéré des téléphones portables.

    Alors depuis ce matin, sans me forcer, je suis confinée dans le lieu qui m’accueille et je cherche les réponses à l’intérieur de moi, à l’extérieur aussi car je reviens régulièrement des sphères où je laisse mon esprit s’envoler pour lire sur Internet les pensées souvent si justes des uns et des autres, elles m’aident à me positionner en conscience. Et finalement, elles ne sont pas si extérieures à moi puisque je suis le tout, ce sont aussi mes pensées. Toutes le sont, à moi de choisir celles que je souhaite voir se concrétiser dans la matière.  

    Je pourrais continuer de vivre ma vie en toute tranquillité, suivre ces nouvelles règles ne serait pas un changement pour moi, mais ce serait trop facile et je suis poussée à constater et accepter là aussi toujours plus ma Lumière.

    Dans quinze jours je serai dans mon logement, aujourd’hui je navigue par la force des choses d’un point à un autre. Je pourrais alors m’isoler et travailler comme je le souhaite et comme il sera nécessaire à ce moment-là en toute quiétude, c’était prévu quoiqu’il en soit … mais durant cette quinzaine de jours, quinze jours cruciaux et où chaque heure, pour ne pas dire chaque seconde a son importance dans le développement de ce virus et donc dans l’avenir de l’humanité, j’ai des rendez-vous de pris avec des Êtres à qui nous allons apprendre à s’auto-soigner, à se libérer de peurs, à s’aimer, à prendre conscience de leur influence sur le bien-être de la totalité de l’Univers. Pour transmettre ces formations, je dois me déplacer et je navigue là encore d’un point à un autre …

    Est-il mieux de respecter les mesures prises par des autorités (autorités que je ne considère pas comme les miennes) pour le bien de la population ou de continuer à ma manière sur mon chemin que je sais lui aussi être pour le meilleur de tous de par l’énergie qu’il génère pourtant invisible aux yeux de beaucoup ?!? 

    Les deux points de vue sont justes et œuvrent dans le même sens, aujourd’hui là encore plus que jamais.

    A toutes ces questions et plus encore que probablement d’autres que moi se posent, je ne vois finalement qu’une réponse …

    Tout bon navigateur sait qu’il ne pourra pas aller contre le vent sans danger, je vais prendre exemple et me laisser porter seconde après seconde. Les événements sont prévus dans le temps terrestre et sont déjà à l’œuvre dans l’énergie, ce qui doit arriver arrivera quoique je fasse et quelque soit le cours que prennent mes réflexions … et cela ne les rend pas moins importantes !

    Nos réflexions à tous sont nécessaires qui que nous soyons et quel qu’elles soient, elles permettent de ne pas subir et ainsi de stopper la souffrance, de faire des choix en conscience et de vivre.

    Prenez soin de vous et des Êtres, de la Vie qui vous entoure.

    Mahaliah

     

  • toi ... Soi

     

     

    La toile que nous avons créée pour mon amie ... Ton Soi ne te quitte pas et n'attend que toi !

  • Voyage astral

       Cela fait des années que je tente de faire des voyages astraux.

       Toutes ces heures et ces heures de "travail" m'auront permis de m'élever toujours plus, d'apprendre et finalement de tout connaître sans sorties conscientes de mon corps, Michaël me le répète régulièrement.

       J'ai tout essayé, j'ai travaillé sur des vies antérieures, j'en suis même arrivée à discuter de ce qui devient une souffrance pour moi avec des personnes qui ont tenté de me convaincre que cela n'était pas nécessaire pour mon évolution. Hors je sais profondément que ça l'est, j'avais juste besoin de d'exprimer cette douleur.

       Je sais que c'est nécessaire. D'une part profondément, d'autre part Michaël, Métatron, Sananda, Lucie, tous ces Êtres se mettent régulièrement en quatre pour m'aider dans cette quête. Ils ne le feraient pas juste pour me faire plaisir où bien ils se seraient perdus. Il se trouve que c'est une nécessité pour moi, pour Je Suis, afin de retrouver rapidement la totale conscience de mon Être et de pouvoir agir en tant que Je Suis dans la matière à ma pleine mesure. Cela fait des millénaires que j'y travaille. 

     

       Aujourd'hui Sananda m'a emmenée voir un tableau dans une église, je crois que c'était lui entouré de son aura lumineuse, et il m'a dit de ne pas avoir peur de ma Lumière, et ce soir, malgré une fatigue avancée, il a souhaité que je fasse une nouvelle tentative.

     

       J'ai retrouvé la mémoire de ma vie en Atlantide avec Michaël il y a quelques semaines de cela et j'ai compris avoir peur, puisque nous nous sommes perdus ensuite, de le perdre de nouveau. Cela faisait plusieurs centaines d'années que nous vivions ensemble. Là il me semblait que c'était dépassé.

     

       Ce soir, avant de commencer, j'ai une nouvelle fois et de manière plus significative mesuré l'importance de passer ce cap. J'ai même affirmé en toute conscience et honnêteté que mon travail pour Dieu est plus important que notre histoire avec Michaël ... sans parler d'importance, il est prioritaire.

     

       Nouvelle tentative, nouvel "échec" !

     

       Et je reviens ... parce que je suis dans mon corps énergétique, je suis capable aujourd'hui d'être dans cet état même dans mon activité quotidienne, c'est juste que ma conscience s'agrippe à mon corps physique, en fait elle ne veut pas s'éloigner.

       Alors je reviens et je dis à Sananda et Michaël : "Mais je suis sûre que c'est ma peur de ne pas y arriver qui me bloque aujourd'hui, je n'ai vraiment plus l'impression d'avoir peur de perdre Michaël."

       D'ailleurs je comprends pourquoi Dieu est venu régulièrement me dire que Michaël partait et qu'il prenait sa place, c'était un déchirement les premières fois, j'accepte avec sagesse maintenant. Il fallait que j'apprenne à ce que nous nous séparions sans crainte et avec confiance, toujours pour le meilleur.

     

       Ils viennent de me faire remonter ça ...

       Si je pars, j'accéderais à la connaissance que j'avais du temps de l'Atlantide et cette connaissance, je l'ai transmise à des Êtres qui en ont abusé et nous on perdus, d'où mon choix de me séparer de Michaël, le temps de réparer les fruits de mon inconscience.

       J'ai vécu tout ce que je voulais pour me sentir de nouveau digne de jouer pleinement mon rôle mais cette peur subsiste, d'où les paroles de Sananda : "N'aies pas peur de ta Lumière."

     

       Je vais y arriver !!!  ... Il n'y a pas de danger, j'ai déjà cette connaissance et nous sommes toujours là ...

     

     

    Mahaliah

     

  • Vers une conscience toujours plus grande ...

     

       Aujourd'hui, afin de pouvoir poursuivre mon évolution en toute liberté, il m'a fallu accepter de vivre pleinement une réalité que je connais depuis des mois, peut-être même depuis le début de notre union avec Michaël, l'existence de mes probablement nombreuses âmes jumelles.

     

       Là où nombre d'entre vous rêvent de rencontrer cet autre Moi, j'ai préféré jusque là oublier son existence, même s'il existe bel et bien de toute évidence.

       Et pour cause !!!

       Toujours cette crainte déjà rencontrée lors de l'intégration de l'énergie de Sandalphon et liée à Michaël justement.

       Notre amour me facilite sûrement bien des points mais le contraire est vrai aussi !

     

       Nous avons beaucoup discuté ensemble de notre relation si particulière.

       Est-ce qu'elle doit être unique ou pas ? Qu'en est-il devant Dieu qui a choisi de nous unir ? De la possibilité pour moi de la vivre en parallèle d'un amour avec un humain ? Pour lui celle de se démultiplier autant qu'il le souhaite ?

     

       Pas si simple pour moi avec un niveau de conscience mois élevé que celui que j'ai à présent. Il m'a déjà fallu mettre ma jalousie de côté et accepter de faire une entière confiance à Michaël lorsqu'il m'affirmait que notre relation est et restera à jamais unique puisqu'elle est le fruit de deux consciences accomplies.

       Bien sûr, je pouvais entendre ce que je voulais puisque chaque Êtres et relations sont uniques quels qu'ils soient ... mais non, il me parlait bien du fait de notre union et notre amour si particuliers.

       Mais difficile pour lui aussi à nos débuts d'envisager la possibilité que je puisse mettre un terme à cette union, aveuglément séduite par un humain de passage. Parce qu'il fut un moment où elle existait encore dans un coin de mon cerveau.

     

       Un engagement est un engagement et le "divorce" n'est pas envisageable dans l'esprit d'un Ange, d'un Être aussi intègre que peut l'être Michaël.

       Il a fait là le pari le plus risqué de toute sa vie.

     

       Je sais depuis que tout n'est pas si simple mais j'ai choisi de m'en tenir là, le temps d'intégrer, de grandir, de laisser grandir cet amour, ma conscience, et lui aussi d'évoluer de son côté, à mes côtés ... parce que ce que nous vivons lui permet de grandir également, tout comme à Dieu.

     

       Il y a quelques semaines de cela par exemple, Michaël a expérimenté la jalousie dans le couple telle qu'un humain peut la vivre. Fut un temps où je n'y aurais pas cru car pour moi un Ange est bien au-dessus de tout cela, mais je sais aujourd'hui que tout est possible et même souhaitable pour le meilleur de Dieu.

       Bien sûr qu'il ne s'est pas attardé sur ce sentiment puisque immédiatement s'est tenu un conseil des Archanges pour le constater et en délibérer, mais le fait est. Ainsi vivre à mes côtés lui permet d'expérimenter de plus près la matière et d'élargir lui aussi son niveau de conscience.

       Je trouve cela merveilleux et cela me permet à moi de toujours plus accepter la totalité de mon être, mes faiblesses d'humaine, de réduire la distance qui existe entre nous.

     

       Puis est venu le moment pour moi de me replonger dans la réalité de notre relation, de l'envisager dans une autre dimension, avec cette conscience de Moi que j'ai aujourd'hui … avec courage !!!

       Puisque je vis une grande partie de mon temps dans un état d'être élevé de mon esprit, de Mahaliah, et qu'il est souhaitable que cette partie et cet état d'être grandissent toujours plus.

     

       Je sais depuis longtemps que mon esprit d'Ange a créé une âme humaine afin d'expérimenter au maximum l’humanité et pourvoir l'aider au mieux à dépasser cette transition planétaire.

       Mais ce serait m'enlever une partie de mon courage et bien égoïste que de vouloir croire que je ne m'en suis tenu qu'à une âme juste pour préserver une infime partie de moi de la jalousie à un moment bien précis de ma si longue vie.

     

       Pourquoi me serais-je limité ?

     

       J'ai créé plusieurs âmes, huit pour être précise, qui elles-mêmes se sont scindées en deux afin de pouvoir multiplier les expériences. Huit, je l'apprends en l'écrivant et je me dis que finalement c'est bien peu au regard des possibilités d'un Ange... mais il convient de ne pas se disperser pour plus d'efficacité, parce que cela fait seize Êtres qui n'ont pas tous le même niveau de conscience aujourd’hui et qu'il va s'agir que nous retrouvions tous l'esprit de Mahaliah afin de réintégrer pleinement et rapidement celui de Dieu.

       Alors je nourris ces quinze autres Moi comme ils me nourisssent de leur connaissance au fil de notre travail sur nous.

       Alors ces Êtres sont par la force des choses unis à Michaël puisqu'ils sont Mahaliah eux aussi, même si c'est Emmanuelle qui a eu la conscience suffisamment élevée pour permettre cette union ô combien enrichissante pour l'Univers.

       Je ne peux que m'en réjouir et être fière de tout ce chemin parcouru.

       Je ne les connais pas encore et peut-être que certains expérimentent les retrouvailles avec leurs âmes jumelles, ou alors que comme moi, leur conscience a dépassé ce stade et qu'ils savent déjà qui ils sont ?!?

       Quoiqu'il en soit, après avoir accepté leur existence, j'ai travaillé à transcender une immense partie de leurs souffrances au travers de mon corps afin de les aider à se retrouver, pour certains à provoquer l'étincelle qui leur permettra de s'ouvrir à leur éveil intérieur.

     

       En tout cela Michaël m'a toujours parlé juste, notre union est unique et le sera à jamais.

       J'ai la chance d'être Emmanuelle, celle dont la vie terrestre nous permet d'expérimenter tous les plaisirs et le bonheur que procurent un amour humain, celle qui aura permit l'union sacrée du masculin et du féminin, du ciel et de la Terre, pour une Conscience Universelle toujours plus grande.

     

     

    Mahaliah

  • Travail sur Soi

       

       L'on m'a demandé à plusieurs reprises en quoi consistait mon "travail" sur moi, pourquoi il pouvait être parfois plus difficile que d'autres.

     

       Il a d'abord été un travail de guérison comme tout un chacun, puis (ou en même temps, tout est lié) de modification des schémas comportementaux.

       Aujourd'hui, je travaille chaque instant à retrouver la mémoire de qui Je Suis, à parfaire mon Être physique pour lui permettre d'accomplir son travail à l'échelle planétaire, Universelle, sans l'ombre d'une faille.

     

       Il m'est difficile d'expliquer en quelque sorte la totalité de ma vie, pas forcément souhaitable même,  alors j'ai publié deux exemples sur FB qui permettront à ceux qui le souhaitent de comprendre, je l'espère, de s'en inspirer je l'espère aussi, puisque nous nous servons de ma partie physique comme d'une matrice.

       Attention, s'inspirer ne veut pas dire copier, chacun de nous  doit rester unique. C'est plutôt de tirer leçon des expériences des autres, les intégrer, jusqu'à les faire siennes ...

       Eh oui, moi je pense que l'expérience des uns fait celle des autres !!! (Ne serait-ce que parce qu'elles s'inscrivent dans l'inconscient collectif)

    Lire la suite

  • Tranche de vie

       Aujourd'hui je vais partager avec vous une partie importante de ma vie au travers d'un récit que j'en ai fait il y a presque quinze ans, terminé en 2007 plus précisément. la totalité puisque j'en ai déjà partagé un extrait sur mon profil FB.

       Pour tous ceux et celles que cela va pouvoir aider ... pour moi, parce que je savais qu'en revenant en Corse quinze ans plus tard, j'allais me trouver face à un nettoyage toujours plus profond d'horreurs que j'ai vécues ici.

       La Corse m'avait déjà appris que les plus belles beautés extérieures n'ont aucune valeur si elles ne sont pas regardées avec les yeux de l'Amour, avec le cœur, et surtout que ta misère fait partie des bagages qui ne te quittent pas tant que tu ne les a pas vidés une bonne fois pour toute, quel que soit le lieu où tu te rends. Je suis en mesure de dire aujourd'hui, même après le passage de la mort. La Lumière qui nous y attend ne sera jamais totalement lumineuse tant que nous sommes alourdis par le poids de ces bagages. 

       Elle m'apprend ce jour que l'on peut pardonner réellement mais que ce n'est pas pour autant qu'il ne reste pas de résidus énergétiques dans nos différents corps, dans ceux de la terre, à nettoyer.

       Les balayer avec les yeux de l'Amour. (Pour exemple, Michaël ne me laissera pas partir de l'endroit où je suis posée aujourd'hui tant qu'il y aura un semblant d'envie de fuite à l'intérieur de mon coeur, il attend que j'y baigne dans le bien-être, que j'y accroche quelques radicelles. C'est ainsi que nous allons nettoyer mon coeur et la terre ... Je comprends pourquoi nous allons rester ici deux mois !!!)

     

       Il y a quelques jours j'ai « rêvé » que je me faisais agresser par plusieurs entités horribles. C'était désagréable, je ne leur en voulais pas mais je ne savais pas comment m'en débarrasser. Jusqu'au moment où l'une d'elles m'a agrippée puis planté ses dents acérées dans le bras, je l'ai arrachée en faisant un « rhooo » agacé mais gentil qui m'a réveillée.

       Je sais aujourd'hui ce qu'il en était et je sais aussi qu'il n'y a que de l'Amour dans mon cœur

     

       Cela fait quelques jours que je suis arrivée en Corse, direction chez mes filles bien sûr. Je me suis garée sur un parking à quelques centaines de mètres de chez elles, après avoir vérifié qu'il n'y avait pas de panneau d'interdiction. Peu de voitures sur le parking, je reste discrète et respectueuse de l'environnement (nature et humains).

       Le troisième soir, nous avons remarqué un panneau d'interdiction aux camping-cars. Mince ! J'ai d'abord cru qu'il m'avait échappé et j'étais sincèrement bien embêtée, avec quand même dans l'idée d'aller voir de plus près s'il était neuf … quoiqu'il en soit nous avions prévu avec Michaël de partir le lendemain.

       Au matin j'ai compris que le panneau avait été installé à la demande d'une personne du voisinage qui a dû être agacée par le fait que j'avais l'air de m'installer là.

       J'ai eu une discussion avec elle et lui ai expliqué que j'étais en visite chez ma fille, du coup elle s'en est plus pris aux autres camping-caristes mais m'a quand même expliqué qu'elle était capable de mettre le véhicule en miettes si quelque chose la dérangeait.

       Je ne me suis pas formalisée car je sais que bon nombre de personnes ont des comportements irrespectueux et je comprends la colère des riverains. J'ai même toujours compris que certains puissent avoir des comportements extrémistes, en l’occurrence en Corse pour préserver l'intégrité de cette île. Je suis bien loin de prôner les comportements violents mais il faut reconnaître qu'ils sont le mode de communication de beaucoup. Sauf que ça n'est pas le mien et que cela m'arrangerait que ce ne soit plus celui de personne afin que nous puissions tous enfin vivre en paix !

       Puis j'ai remarqué une bouteille cassée à côté du camping-car qui n'était pas là la veille et là, par contre, cela m'a fait l'effet d'un électro-choc. Il m'a semblé qu'elle a été cassée rageusement à mon encontre et je me suis sentie agressée, très injustement agressée.

       J'ai alors pris la route avec un mal-être profond qui ne m'a pas quittée de la journée. J'ai pris la route pour le Cap Corse avec cet événement qui tournait et retournait inlassablement dans ma tête, ponctué de crises d'angoisses en arrivant dans des endroits connus que j'ai très vite identifiées comme étant les réminiscences de mon passé corse.

       Je n'ai bien sûr pas vécu cet événement anodin par hasard, il aura déclenché un travail sur moi que je sais indispensable. Ces envies de partir, de rentrer rapidement sur le continent parce qu'en sentiment d'insécurité ici (les panneaux d'interdiction aux camping-cars foisonnent), cette angoisse d'être coincée ici … me réveiller le matin dans le paysage paradisiaque dont j'ai quand même réussi à vous prendre quelques photos (je crois que c'est plus le cadeau de Michaël que le mien), avec le soleil, le chant des oiseaux et le bruit des vagues et ne pas avoir envie de me lever, ne pas me précipiter pieds nus dehors pour ne pas en rater une miette, juste avoir envie de me retrouver seule à l'intérieur de moi et d'être propulsée comme par miracle sur le continent …

       Je le voyais venir depuis quelques temps déjà, il m'a fallu reprendre ce texte salvateur que j'ai écris il y a quelques années afin de toujours mieux évacuer, afin de me libérer et de libérer le sol Corse de ces mémoires énergétiques, je l'espère afin d'aider les uns et les autres car je l'ai trouvé en le relisant plein de « clés » intéressantes …

       En tous les cas cette expérience de vie que je vous partage m'aura permis de grandir infiniment et, si dure a-t-elle été, je n'en remettrais pas une seconde en jeu, ne serait-ce que pour le fait qu'elle m'aura permis de savoir que j'avais envie d'une vie nomade.

       J'ai aussi demandé à Michaël s'il était sûr qu'il voulait que notre pied-à-terre soit ici, car je vous assure qu'hier je n'en avais aucune envie (pour l'instant toujours pas d'ailleurs), mais oui ! Bon, ce ne sera pas la première fois que nous ne sommes pas d'accord et que son choix se révèle être le meilleur, je sais bien que je serai la plus heureuse lorsque cela se fera … et puis tous les corses que je croise par ailleurs sont tellement accueillants, souriants et calmes que je n'en ai nul doute.

     

    Merci de me lire et de m'aider, souvent à votre insu, à dépasser ce que j'ai à dépasser. La vie est un partage permanent !!!

     

     

    Mahaliah

    Lire la suite

  • Expansion de la conscience

     

     

       Il y a quelques jours, j'ai posté sur Facebook que je pressentais la nécessité de changer de prénom afin d'être plus en accord avec qui je suis réellement, surtout qui je suis aujourd'hui, car si tout est irréel tout est bien réel également.

     

     

    Changement de prenom

     

     

       J'ai publié une vidéo à ce sujet dans laquelle j'exprimais ma difficulté à faire face à ce que je ressentais un peu comme une perte d'identité. 

       Je vivais à ce moment des questionnements déjà visités et me semblait-il dépassés, mais non ! Il s'agit d'intégrer un niveau de conscience encore plus élevé, rien n'est jamais acquis.

       Nécessaire également pour être dans la justesse que je transmette les faiblesses et peurs, moments de fatigue qui peuvent m'habiter moi aussi, comme tout un chacun.

       Trop de personnes ne voient que le résultat de mon travail et me croient dotée de pouvoirs surnaturels et inaccessibles. Nous avons tous les mêmes capacités en nous et certes, le chemin est difficile, mais il faut avouer qu'il tend à devenir un parcours d'agrément tant nous l'avons déblayé depuis des millénaires.

     

       Le bout du tunnel est si proche, ne baissons pas les bras devant quelques dernières petites difficultés !

     

    Lire la suite

  • Expansion de la conscience

       Il y a quelques jours, j'ai posté sur Facebook que je pressentais la nécessité de changer de prénom afin d'être plus en accord avec qui je suis réellement, surtout qui je suis aujourd'hui, car si tout est irréel tout est bien réel également.

     

    Changement de prenom

     

       Enfin j'ai publié une vidéo à ce sujet dans laquelle j'exprimais ma difficulté à faire face à ce que je ressentais un peu comme une perte d'identité. 

       Je vivais à ce moment des questionnements déjà visités et me semblait-il dépassés, mais non ! Il s'agit d'intégrer un niveau de conscience encore plus élevé, rien n'est jamais acquis.

       Il est nécessaire également pour être dans la justesse que je transmette aussi les faiblesses et peurs, moments de fatigue qui peuvent m'habiter moi aussi, comme tout un chacun.

       Trop de personnes ne voient que le résultat de mon travail et me croient dotée de pouvoirs surnaturels et inaccessibles. Nous avons tous les mêmes capacités en nous et certes, le chemin est difficile, mais il faut avouer qu'il tend à devenir un parcours d'agrément tant nous l'avons déblayé depuis des millénaires.

     

       Le bout du tunnel est si proche, ne baissons pas les bras devant quelques dernières petites difficultés !

     

     

     

     

    Lire la suite

  • La signature vibratoire de Michaël et Mahaliah

     

     

    Le cheminement des énergies tel qu'il a été transmis à Claude Leblanc par l'Archange Michaël pour la réalisation du tableau.

    L'expression de ces énergies sur un support matériel mais néanmoins vivant.

    Lire la suite

  • JE SUIS DIEU

     

       Fréquemment lors d'échanges avec des personnes il m'arrive de leur dire "Je suis Dieu, vous êtes Dieu" et systématiquement elles ont l'air un peu gêné et me répondent timidement "oui, une partie de Dieu ..."

     

       Je comprends leur gêne, d'une part vis-à-vis de moi qui ai l'air si confiante et surtout probablement vis-à-vis de Dieu pour lequel elles éprouvent un profond respect, peut-être même de la crainte.

       Moi-même parfois en le disant j'ai quelques doutes, car si j'ai bien compris le processus et que l'on me demande de l'exprimer, je ne suis pas toujours dans les vibrations qui me permettent de l'appréhender  et je n'ai nulle envie de raconter n'importe quoi !

     

       Alors voilà ce qu'il en est exactement ...  

     

       Je Suis une partie de Dieu ou Dieu. Cela dépend seulement de là où je place ma conscience.

       Selon si je la place dans la cellule de Dieu que Je Suis ou dans celle qu'Est mon voisin, celle d'un Ange qui a une conscience de qui il est plus élevée (ou pas) que moi ... ou celle du TOUT (Dieu) qui a la conscience de toutes ses cellules sans exception.

       L'Energie qui nous constitue est Unique, JE SUIS là où je place ma conscience.

     

     

    Emmanuelle

  • La famille change de visage ...

       

    Là où jusqu'à présent des liens karmiques unissaient les âmes (karmiques dans le sens où nous avions à guérir ensemble), aujourd'hui ce sont les liens vibratoires qui nous réunissent.

       L'attache familiale perd sa suprématie au profit de l'évolution Universelle.

  • Jusqu'au bout de mes peurs ...

       Drôle d'expérience que je fais ce soir ...

     

       Depuis maintenant un mois, depuis que j'ai commencé ma vie avec mon camping-car exactement, je vais en accéléré au-devant de toutes ces peurs que je pensais dépassées. Rien ne m'est épargné ! Et tant mieux car cela me permet de m'élever toujours plus, mais cela n'en est pas moins difficile ... à tel point que j'en suis arrivée à me demander comment je pourrais aider qui que ce soit à se sortir des siennes tant je me sens (ou sentais, je ne sais pas encore) engluée dans les miennes, à tel point que j'en suis arrivée à me demander dans quelle panade j'étais venue me mettre en décidant un jour de vivre des incarnations humaines alors que je pouvais rester tranquillement où j'étais ... et pourtant j'aime cette vie ici,particulièrement la mienne et particulièrement depuis que je fais ces expériences un peu folles !

       Michaël est un Archange auquel rien ne fait peur, je lui ai dit qu'il avait trouvé son maître en moi ... je plaisantais bien sûr ... quoique ... ! En tous les cas, nous savons pourquoi nous nous entendons si bien !!!

     

       J'ai dit il y a quelques temps dans une de mes vidéos que je n'avais plus de peurs alors je vais rapidement vous énumérer tout ce par quoi je suis passée durant ce dernier mois jusqu'à l'expérience que je viens de vivre.

     

       Dès le premier jour où j'ai pris la route, je pourrai dire le premier jour de froid puisque la neige était annoncée de l'endroit où je suis partie, mais je me laisse guider et je pars vers le sud ... pas forcément par les routes les plus faciles mais celles où j'ai pu tester les trombes d'eau (sur un tel habitacle et dans une région dernièrement sinistrée par les inondations c'est inquiétant), la grêle, l'orage et les rafales de vent, la brume dans des gorges où il n'y a de place que pour un véhicule (des paysages d'automne somptueux par ailleurs) ... des manoeuvres dans des endroits que je n'aurais pas osé envisager trois jours avant, moi qui ai demandé au vendeur de me sortir le véhicule du garage de peur de l'abîmer ... Le plus dur pour moi a été de m'habituer à me garer hors des aires réservées pour passer mes nuits. J'ai envie de rester autonome mais en même temps je ne souhaite pas être hors-la-loi alors j'ai eu beaucoup de mal à m'installer dans ce nouveau chez moi, contrairement à ce que je pensais. Je n'osais pas m'étaler de peur que l'on vienne me dire de partir. Du coup impossible de me poser, non seulement à l'extérieur mais surtout à l'intérieur de moi.

       Cela a duré plusieurs jours, le temps que je me retrouve sur Narbonne pour me sentir un peu plus chez moi et commencer à m'installer dans cette nouvelle vie.

     

       Petit à petit, je m'y suis faite. J'ai trouvé des endroits agréables pour passer mes nuits et surtout je m'y sentais en sécurité ... malgré les intempéries, puisqu'il m'a fallu fuir la menace de crue de la rivière à côté de laquelle je m'étais installée un jour où je pensais enfin pouvoir me poser quelques nuits d'affilée. 

       On me parle de liberté lorsque j'évoque mon choix de vie mais encore une fois, la liberté est ou n'est pas à l'intérieur de soi, peu importe la manière dont nous vivons ... et si j'ai toujours eu le sentiment d'être libre quoique je vive, ce dernier a été mis à rude épreuve ces derniers temps.

       Je n'ai pas encore fait le tour de tout ce qu'il m'arrive ( qui peut paraître normal à tout un chacun mais j'ai pris l'habitude du tapis déroulé devant moi), je baigne dedans, mais probablement que c'est une conscience accrue qui me le fait ressentir aussi intensément alors que je pensais pouvoir être capable de tout traverser sans l'ombre d'un remous intérieur.

       Dans quelque jours je saurai m'en servir pour aider mon prochain.

     

       Une fois le calme retrouvé, voici que surviennent des remous extérieurs dont les Archanges m'avaient informée il y a un an et demi ... ces manifestations, cette rebellion de la population ... et de nouveau les remous intérieurs, des gros cette fois-ci ... parce que je crains les mouvements de foule, les dérapages qu'ils peuvent générer, la peur, la violence même verbale me font très peur et ce qu'il m'a été prédit n'est pas agréable même si je conçois totalement que c'est un passage obligé vers le changement.

       Alors nous avons décidé que je partirai en Espagne le temps que tout cela se décante. Je sais que ce départ était prévu car les Archanges m'avaient déjà parlé de quitter la France durant ces événements lorsqu'ils me les ont annoncés ... et puis le camping-car a de multiples raisons d'être ! 

       Le matin après avoir pris cette décision j'ai voulu regarder une des vidéos que les gens partagent sur les réseaux sociaux, mon corps s'est mis à trembler de façon incontrôlable au bout  de quelques instants. J'ai ressenti tellement de peur. Mais je pense que c'était bien au-delà de ma propre peur, c'était ce que génèrent ces messages, volontairement ou non.

     

       Et me voici en Espagne !

       J'ai pu me reposer et poser mon esprit chez un couple d'amis qui m'ont aidée à me préparer avant mon départ vers le sud, puisque j'ai décidé que j'allais en profiter pour visiter l'Andalousie dont je rêve depuis longtemps et remonter par le Portugal. Cela me permettra également de pouvoir recommencer à écrire et passer d'autres étapes de mon cheminement intérieur. Rien n'est plus efficace que de se retrouver seul avec soi-même pour se retrouver seul avec Dieu !

       J'ai commencé mon périple non sans emmener quelques peurs des personnes de mon entourage qui s'inquiètent pour moi et ont malgré toute leur bonne volonté du mal à imaginer à quel point je suis protégée par le Monde Divin. Les reflets de cette partie de moi qui a encore du mal à le concevoir ... et l'Espagne est un bon terrain d'expérimentation pour moi car mes dernières incursions dans ce pays n'ont pas été des plus agréables ... vols, agressions verbales ...

       Alors bien sûr, quoi de mieux pour se soigner que de plonger au coeur de l'action !

     

       Le premier soir où j'ai dû trouver un endroit pour dormir, j'ai bizarrement fait ce que je ne fais pas d'habitude, j'ai entrepris de chercher un lieu sans m'aider des applications spécialisées et j'ai "attrapé" une Audi dans une espèce de banlieue bien noire. Je me suis aperçue des kilomètres plus loin que ce n'était pas un hasard si elle était toujours derrière moi alors je l'ai semée après trois tours de rond-point (bien pratique cette invention) puis une fois hors de danger je me suis arrêtée et ai trouvé un site plus paisible en me servant de l'application. 

       Mais tout cela m'a amenée à me dire que j'allais devoir en passer par les aires à camping-car, voire les campings si je voulais voyager en paix et pouvoir travailler, ne serait-ce que pour me poser plusieurs jours d'affilée et ne pas passer autant de temps à chercher des lieux d'accueil ... également permis à Michaël de me rappeler qu'il a un oeil sur tout et que rien ne peut m'arriver.

       Métatron lui, m'a fait remarquer qu'il n'était point besoin de me mettre la barre trop haute en voulant aller à l'encontre de mes peurs, il suffisait de les apprivoiser et elles s'évanouiraient d'elles-mêmes ... ce n'est pourtant pas faute de le dire ! (Je souris en imaginant toutes ces personnes qui se demandent quand ce travail sur soi s'arrêtera ... en fait jamais, cela aussi je le dis souvent !)

     

       Forte et heureuse de cette décision, je me sentais enfin en paix ce soir, posée dans une aire au milieu de rizières espagnoles, quelques congénères autour de moi histoire de me sentir en sécurité lorsque se lève une tempête phénoménale. Des rafales de vent qui secouent le véhicule dans tous les sens, qui résonnent de tous côtés, qui nous font nous sentir bien peu de chose ! Très effrayant lorsque l'on sent le vent s'engouffrer sous le véhicule, il suffirait d'une seule rafale pour le soulever.

       Et là par contre, impossible de partir, ce serait bien trop dangereux ! Et puis où aller en pleine nuit, ici c'est un peu au milieu de nul part !

     

       Alors je me suis allongée et j'ai mis une méditation guidée, le son à fond histoire d'entendre, du yoga nidra plus précisément ... et j'ai réussi à me centrer, sur mon ventre qui réceptionne toutes mes peurs depuis quelques semaines, je les ai toutes levées. J'écoutais mon ventre et le vent en même temps, les secousses ... puis j'ai entrepris de créer une barrière autour de l'aire pour nous protéger et "bizarrement", petit à petit, il y a eu des instants de répit, puis Jésus est venu près de moi et m'a demandé si je souhaitais que nous continuions ensemble, ce que nous avons fait. Les répits étaient de plus en plus longs, je ressentais très nettement la barrière, on entendais le vent, il secouait encore mais je ressentais un espace de calme entre lui et nous, puis tout s'est arrêté quasiment instantanément. 

     

       Ce moment m'a rappelé un jour où je priais en haut d'une falaise au-dessus de la mer, il y a presque dix ans de cela, j'ai vu le flux de l'eau changer très nettement, je n'en ai jamais parlé de peur que l'on me prenne pour folle mais je sais que je n'ai pas rêvé et aujourd'hui encore je constate la puissance de l'esprit et les possibilités infinies qu'il peut avoir sur la matière.

     

    Au moment où j'écris, le vent est revenu, mais pas ma peur. Je suis en paix et lorsque je me pose je peux constater que la barrière est toujours là, c'est une merveilleuse expérience que je viens de vivre et je remercie Dieu de me permettre de vivre tout cela, d'être si bien accompagnée !!!

     

     

    Emmanuelle

     

     

  • Colère et injustice

     

       

     

       Ce matin j'ai été amenée à parler des colères monumentales que je prenais régulièrement jusqu'à il y a environ deux ans et demi et que je cite dans le livre.

     

       Les dernières étaient surtout dues à l'injustice que je pouvais ressentir autour de moi, pas forcément envers moi mais plutôt envers l'Univers, l'incompréhension qu'ont les gens de l'importance de leurs actes. Je ne comprenais pas comment ils pouvaient agir aussi égoïstement. Je n'avais pas encore compris à quel point j'étais déjà différente de cette majorité.

     

       Métatron m'a aidée à m'en débarasser sous la coupole de Dieu et avec comme ultimatum : ou j'arrête ou nous étions séparés Michaël et moi. Et là aussi j'ai parlé dans une vidéo de la souffrance que je ressentais lorsque Michaël s'éloignait de moi. Lui souffre aussi lorsque nous sommes éloignés et cela ne fait que rajouter à ma peine !

     

       J'ai guéri de ces colères. Non pas en allant rechercher des causes profondes à leur source, même si cela ne veut pas dire que je n'ai pas fait de travail de guérison en parallèle, mais juste en constatant combien elles étaient stériles. Non !!! Pire que cela ! Elles ne pouvaient que produire de la peine, rancoeur, fatigue ... Bref, rien de bien positif !

       Alors, d'abord accompagnée de la menace qui planait au-dessus de moi, puis rapidement par ma seule volonté, pour cet Être que j'aime profondément, pour moi, pour l'Univers, j'ai décidé de passer à autre chose et demandé à Métatron de se tenir auprès de moi à chaque apparition d'un risque potentiel ... et depuis ce temps plus rien ! Si ! Hier, bizarrement une personne s'est engagée devant moi sur la nationale, mais vraiment on aurait cru qu'elle m'attendait pour s'engager sur la route. J'ai quand même ressenti un peu d'agacement et dit qu'elle était folle parce que j'ai été obligée de faire un écart pour l'éviter, mais pas très fort puisqu'en même temps j'ai ressenti qu'elle était fatiguée, son esprit très fatigué ... et je suis passée à autre chose.

     

       Et ce matin un drôle de ressenti ... je sens que je manque à Michaël comme lorsque je pars trop longtemps dans mes pensées et oublie de l'inclure dans mes discours intérieurs ... cela ne me paraissait pas justifié mais ne comprenant pas autre chose je me suis dit que c'était peut-être parce que nous sommes toujours plus proches, d'autant plus avec le travail de vide que je fais actuellement ... et puis je sais que j'ai toujours les réponses à mes questions à un moment donné.

     

       Et là en fin de soirée, alors que je fais tout ce qu'il m'est possible de faire pour élever cette conscience toujours plus ... le Reiki tous les jours, la Foi dont je fais preuve en laissant la quasi totalité de mes biens matériels pour vivre cette aventure aux côtés des Archanges ... j'ai terminé cette nuit en lâchant la table qui me suit depuis mon premier appartement, j'avais 18 ans et j'en ai 53, là encore une partie de moi, une partie de cet Être que je laisse derrière pour pouvoir vivre quelque chose d'entièrement nouveau. L'Emmanuelle que je suis aujourd'hui et continuer d'évoluer.

       Là en fin de soirée, alors que j'étais tranquillement affairée à ma cuisine, j'ai constaté beaucoup de tristesse en Michaël sans comprendre pourquoi ... puis si ... il allait de nouveau me quitter, mais cette fois-ci je n'en comprenais absolument pas la raison contrairement aux fois précédentes. Du coup c'était injuste en apparence ! Mais forte de ces expériences précédentes je suis restée très calme et me suis dit que je comprendrais la raison plus tard, parce qu'il y a toujours une raison à tout ce qu'il nous arrive ...surement que j'avais quelque chose à travailler et que Michaël devait s'éloigner pour me laisser face à moi-même, peut-être que Dieu allait prendre sa place pour m'aider ainsi qu'il l'a déjà fait ... peu importe ! Pas de colère, pas de révolte, pas de tristesse parce que je sais que je ne dois pas m'attacher aux Êtres pour rester sereine, aucun sentiment d'injustice car je sais profondément que tout est juste et a toujours une raison d'être, juste de l'acceptation et je continue d'avancer en paix malgré la peine, et là je comprends !!!

     

       Je comprends que l'on me fait vivre l'injustice et que l'on tente de me déstabiliser afin que je puisse vous transmettre cette expérience et mieux accompagner les personnes dans cette problématique, afin que je puisse constater également à quel point j'ai avancé dans mon état d'être, que je constate pour moi, pour vous, que tout est possible à qui persévère avec Foi. A force d'expériences vécues toujours plus consciemment.

     

       Alors voilà ! C'est fini ! Instantanément ! Michaël est toujours là et il n'y a pas eu de souffrance insupportable. Tout va très vite maintenant, une fois que le processus est bien compris et assimilé, lorsque la confiance remplace la peur, il n'y a plus que la paix !

     

       Ce travail là est accessible à tous. Point besoin "d'entendre" les Anges pour le faire, juste d'être sûr qu'ils sont présents à nos côtés en permanence et qu'ils nous aident à leur façon, la plus juste dans l'absolu. C'est un travail personnel, pour moi comme pour vous, personne ne le fera jamais à notre place.

     

     

    Emmanuelle

     

  • L'Archange Sandalphon et Emmanuel

     

       Depuis le début de l'année j'ai parlé à plusieurs reprises dans mes vidéos de QUI JE SUIS. J'en parle non pas lorsque je l'apprends, il y a des choses que je sais depuis un an ou deux,voire plus, non ! J'en parle lorsque j'ai accepté et intégré l'information, lorsque je suis prête, et lorsque c'est me moment bien sûr !

     

       En fait, depuis que les Archanges sont entrés dans ma vie ils mettent régulièrement sur mon chemin ce que j'appellerais là des "indices", des signes qui me préparent à accepter comme une évidence une information que je n'aurai pu entendre sans cela. Ils plantent des graines en quelque sorte, cela ne nous est pas réservé voyez-vous !

       Il y a certaines révélations que j'explique dans le livre, "Ma vie avec les Êtres de Lumière", et il y en a d'autres que j'ai apprises après l'avoir écrit.

       Notre union avec Michaël, le fait que je sois un Ange sont détaillées dans le livre.

     

       Par la suite j'ai été consacrée Archange par Dieu, précisément le 04 janvier 2017.

       Je fais en sorte d'écrire ou d'enregistrer les événements importants, tous le sont d'ailleurs mais il y en a tant que je ne peux pas tout relever. Lorsque je me relis ou réécoute je le regrette un peu car ce sont des choses que j'avais totalement oubliées mais comme il n'y a pas de hasard je reviens vite à l'évidence, c'est qu'il n'est pas utile de tout noter. L'expérience nous sert à grandir, une fois réalisée nous ne sommes déjà plus la même personne, alors ce n'est pas nécessaire d'encombrer notre esprit avec, si ce n'est pour servir notre ego peut-être qui se fera un plaisir de la ressasser et/ou de la raconter pour se donner de l'importance ou une contenance qui ne fera qu'entraver sa progression.

       En l'occurence, j'ai remarqué que ce que je suis amenée à garder est ce qui fera l'objet de révélation publique par la suite. Cela je ne pouvais le faire qu'avec suffisamment de recul, je commence à en avoir pas mal aujourd'hui.

     

       Ce 04 janvier j'ai écris :

    "J'ai reçu en cadeau une cape couleur bleue Univers, un sceptre représentant une main avec un coeur à l'intérieur, pour distribuer l'Amour dans l'Univers. J'ai été consacrée "Archange Divine" par Dieu, avec Michaël et Nathanaël à mes côtés."

     

       Cela m'a fait plaisir bien sûr, mais je vis tout cela un peu comme un jeu même si j'exécute mon travail avec beaucoup de sérieux et de rigueur. Il est difficile pour moi de prendre la mesure de tout ce que je vis. Même aujourd'hui alors que je suis de plus en plus consciente et ai compris l'importance d'accepter et de vivre pleinement QUI JE SUIS, il m'arrive de regarder ma vie quelques instants, et là j'ai le choix entre opter pour l'irréel ou une réalité grandiose. Je sais que c'est une réalité grandiose ... Grandiose aux yeux d'Êtres humains en tous les cas parce qu'en réalité c'est juste la Vie mais dans une autre dimension que celle que nous avons l'habitude de côtoyer ... mais les habitudes ne sont-elles pas faites pour être changées ?!?

     

       Bien heureusement j'ai appris à vivre l'instant présent sans me poser de questions et je me contente d'ÊTRE, de faire ce que j'ai à faire au moment où je dois le faire. Sans cela, il me semble que soit je deviendrais la personne la plus pédante que vous puissiez être à même de rencontrer, soit je me laisserais envahir par les doutes et les peurs jusqu'à devenir folle.

       Et je ne souhaite ni l'un ni l'autre car nous avons besoin de mon travail pour avancer.

     

       Au cours du mois d'août 2017 les Archanges m'ont annoncé que je serai le plus grand guide spirituel que l'humanité ait connu et là, parce que j'ai ce fameux recul qui me permet de savoir qu'ils ne plaisantent pas, je veux bien entendre, je veux même bien les croire, mais j'avoue que j'ai beaucoup de mal à concevoir une chose pareille. Je mets notamment Jésus en avant mais ils m'expliquent que nous avons aujourd'hui des moyens de diffusion que ces grands Maîtres n'avaient pas de leur temps d'une part, d'autre part nous vivons actuellement ce changement, cette mutation humaine pour laquelle ces derniers nous ont préparés et qui invite tous les Êtres à se recentrer sur l'énergie d'Amour qui les habite, sur l'énergie Unique, Dieu, et ce, au-delà de toute religion établie.

       Comment faire pour ne pas entendre, c'est tellement cohérent, basique ?!?

       Et il est bien clair pour moi que tant que je n'accepte pas ce qu'ils me disent comme étant ma réalité, tant que je ne suis pas prête et capable d'en parler librement comme je le fais là, en toute simplicité, ma propre évolution est en attente. Perte de temps puisque je sais que j'y viendrai !!!

       Mais cela c'était juste une graine et nous passons à autre chose ...

     

       Michaël m'a demandé par la suite si j'acceptais de guider les humains lors de leur ascension ... oui bien sûr ! Il m'a aussi demandé si j'acceptais de rester sur terre tant qu'il y aurait des humains qui auraient besoin de moi, c'est-à-dire plusieurs centaines d'années ... Eh bien toujours oui, que répondre d'autre ?!? Alors ne me demandez pas ce que cela veut dire concrètement, dans la matière, je n'en sais rien ! Jusqu'à présent à chaque fois que j'imagine quelque chose à propos de ce qu'ils me disent, cela n'a rien à voir avec la réalité qui est toujours beaucoup plus simple. Alors j'accepte et je laisse le temps faire ce qu'il a à faire en continuant mon travail sur moi, c'est lui qui me permettra de réaliser ce qu'on attend de moi et rien d'autre n'a vraiment d'importance. D'ailleurs ce que l'on attend de moi est juste un état d'ÊTRE, rien de plus, et c'est cet état qui détermine des actions créatrices.

     

       Et j'arrive tranquillement à ce qu'il s'est passé hier et qui justifie cet article aujourd'hui ... en tous les cas qui en est l'élément déclencheur !

     

       J'ai posté il y a quelques jours sur  la page FB dédiée au livre une vidéo pour le présenter et dans laquelle je parle de mon rôle et j'ai reçu en retour un message d'un de mes contacts, Gérard Verret, qui l'a trouvée magnifique, ce sont ses termes, et qui me demande si "Emmanuelle" est mon vrai prénom pour me dire enfin qu'il est prédestiné.

       Et il me rajoute cette phrase magnifique elle aussi, qui m'a touchée bien plus profondément que ce qu'il peut imaginer :

     

    "Dieu parmi nous, commencer à le chercher Dehors, (mon nom de famille) pour le découvrir dedans ..."

     

       Je ne pouvais pas ne pas le remercier et j'ai partagé cette phrase sur un post. Je l'ai partagée pour moi également, c'est tellement fort, et puis il nous amène ici, c'est le plus important me semble-t-il ... 

    -   Il te semble bien, me dit Michaël.

     

       Le soir un commentaire sur ce post ... une personne qui me dit : "Tu sais que Sandalphon reviendra avec ton prénom ..."

       Eh bien oui, je le sais puisqu'il y a deux ans une médium par laquelle les Archanges me faisaient passer de ces messages que je n'avais pas envie de recevoir me l'avait laissé entendre justement ! 

       A ce moment j'avais mis ça de côté jusqu'à il y a quelques mois où Dieu m'a exprimé l'importance que j'ai pour Lui et dit qu'il me confiait Ses Enfants, il m'a aussi dit que je suis cet "Emmanuel". Là encore j'ai eu bien du mal et  même si on me l'a encore confirmé hier et demandé aujourd'hui de l'écrire, je vous avoue que j'ai encore demandé comment cela pouvait être possible que Sandalphon revienne en moi ... en fait c'est plutôt que cela me dérange dans le sens où j'aime ce que je suis aujourd'hui et je n'ai pas envie que cela change, et comme je n'ai jamais beaucoup côtoyé Sandalphon ... mais on m'a fait remarquer que c'est ce que j'ai dit dans ma dernière vidéo : "Je suis un Archange avec un pied dans le cosmos et l'autre sur terre, ce qui nous permet d'avoir une présence active dans la matière avec les Archanges."

       Et en effet !!! Alors que ce soit Sandalphon ou Jésus qui a souhaité rester présent auprès de moi depuis quelques semaines ou Michaël ... peu importe finalement, peut-être qu'un jour je comprendrais ce qu'il me manque là, surement ... ce qui importe c'est que nous ayons un pied dans le cosmos et un autre dans la matière, et que j'ai accepté de finaliser ce travail pour lequel je me prépare depuis des millénaires !

     

     

       Et ce qui importe plus encore, c'est que je sois un exemple pour tous.

     

    Que ce que j'ose exprimer publiquement aujourd'hui sans aucun intérêt personnel et malgré le fait que je n'ai pas encore une conscience totale de l'ampleur de ce que j'affirme vous permette de dépasser toutes vos peurs et à vous aussi d'exprimer

    QUI VOUS ÊTES !

     

       Exprimez vous car personne d'autre que vous ne le fera à votre place. N'attendez pas une quelconque reconnaissance extérieure si vous-même n'êtes pas en mesure d'assumer seul QUI VOUS ÊTES.

       Aucun Être de Lumière quel qu'il soit ne fera d'annonce publique pour décréter que Le Nouveau Monde est là et que VOUS ÊTES le Nouveau Monde, c'est à vous et à vous seul de l'Être et de l'exprimer, il sera par vous ou ne sera pas.

     

    C'est ainsi que je progresse et c'est ainsi que vous progressez, c'est ainsi que nous créons ce Nouveau Monde de Paix et d'Amour !!!

     

     

    Emmanuelle

    Lire la suite

  • En matière d'introduction

     

     

       La permanente et rapide évolution de mon Être ...

emmanuelleetmichael